Encore plus beau que dans nos plus beaux souvenirs

Publié le 29 Nov 2009 | 0 commentaire

SOUFRIÈRE, SAINTE-LUCIE
LAT. 13°48′N – LONG. 61°05’O

Détails de notre navigation

DE PORT ELIZABETH, BEQUIA À SOUFRIÈRE, SAINTE-LUCIE

  • Distance: 55,0 mn.
  • Durée: 8,30 heures (de 5:30 am à 14:00 pm )
  • Vitesse moyenne: 6,5 noeuds, voile et moteur

Au mouillage entre les deux pitons

Traversée le vent dans le pif mais pas trop secouante. Le clou: nous avons croisé d’assez près deux cachalots. C’est la première fois que nous observons cette sorte de baleine.

J’étais super énervée, j’aime tellement les baleines et dans les Antilles, on a pas eu l’occasion d’en voir beaucoup. Le cachalot, rendu célèbre par Herman Melville avec son fameux Moby Dick, est la baleine dont la tête se finit carré. Des cachalots semble-t-il sont présents dans les eaux de la Dominique et de la Guadeloupe ces temps-ci. Encore! Encore!

Les pitons sont toujours aussi puissants. Ils ne forment pas seulement un beau paysage. Près d’eux, on se sent sous leur emprise. Ils dégagent quoi! Un peu d’odeur de souffre bien entendu mais…mieux encore ils énergisent. Nous avons décidé de nous arrêter à Soufrière deux semaines. Et depuis notre arrivée, touchons du bois…Le ciel est bleu pas de nuage gris accrochés au somment de la Soufrière.

L’apnée est excellente. J’ai déjà observé un chevalier ponctué (Equetus punstatus) joli poisson noir et blanc une partie rayé sur le long et une autre, à pois avec une nageoire dorsale démesurée qui fait étendard. Êtes-vous tanné de m’entendre parler poissons? Que voulez vous, la vie marine me fascine.

Soufrière est toujours aussi typique avec ses boat boys, ses pêcheurs, son lundi jour de lavage et ses habitations dans la vallée. Le charme opère encore.

Michèle Gauthier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.