Salty tears

Publié le 27 Oct 2014 | 0 commentaire

DSC_0069

KRALENDIJK, BONAIRE
LAT. 12°09,0’N – LONG. 68°23,0’W

Étrangement, c’est après l’ abolition de l’esclavage que le commerce du sel débute à Bonaire. Les esclaves “émancipés” vivent alors dans des conditions horribles. Les cases de 10 m.ca. et d’une hauteur de moins de 2 mètres abritent les familles nombreuses. Seuls les travailleurs sont rémunérés. Leurs maigres rations de nourriture, une mesure de 10x10x10 cm x 6 pour les hommes et x 5 pour les femmes par semaine, sont partagées avec les vieillards, les malades et les très jeunes enfants qui ne rapportent pas. Sous le soleil ardent, le travail corrosif du sel était extrêmement dur.

DSC_0052

DSC_0058

DSC_0050

Témoins de cette époque, des obélisques jalonnent la côte. Ils signalaient aux bateaux de commerce les mouillages libres de coraux. Pas de port, le transbordement s’effectuent à la rame dans des embarcations plus modestes. La couleur des obélisques indiquaient aussi la qualité du sel disponible à proximité de chacun des quatre “plans” de travail.

Au XIXe siècle, l’exploitation des lacs de sel a cessé pour recommencer, à la machine, après la 2ième guerre mondiale.

DSC_0064

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *