Il n’y en a que pour elle – édition 2010

Publié le 6 Avr 2010 | 0 commentaire

BVI TOUR, BVI
LAT. 18°30′N – LONG. 64°21′O

Marie-Clémence est demeurée une semaine de plus avec nous. Nous en avons profiter pour aller à Anageda, l’île la plus à l’est des BVI. Cette île ressemble curieusement à Barbuda et aux Bahamas par sa géographie. Elle est insérée dans une immense barrière de corail qui représente en somme son principal intérêt. Le relief d’origine corallienne de l’île est si plat – son point le plus haut se situe à 28 pieds au-dessus du niveau de la mer – que les navigateurs l’aperçoivent que lorsqu’ils sont près du récif. Plus de 300 bateaux recensés y ont d’ailleurs fait naufrage. Tout comme à Barbuda, des promoteurs immobiliers ont été repoussés par la population dans les années 60. Depuis, l’île est demeuré sauvage.

Nous avons loué un jeep et avons parcouru l’île de bout en bout. Sa portion Est ne comporte aucune route tandis qu’à l’ouest, une piste trace son pourtour. C’est le long de ce ruban sablonneux que nous avons découvert toute la beauté d’Anegada : des milles et des milles de plages à marcher, des récifs à explorer à perte de vue et le spectacle au loin d’immenses vagues déferlantes. C’est l’endroit pour être enfin seuls aux îles vierges britanniques. Nous avons essayé trois plages. Notre préférée est celle de Cow Wreck Bay.

De retour sur Bleu Marie en fin de journée, nous avons admiré le soleil couchant en têtant un petit dring. Un spectacle à couper le souffle d’autant plus appréciable que dans le reste de l’archipel, l’orientation des mouillages et les montagnes ne permettent pas d’espérer en voir un seul. Hey! 2 mois au paradis sans coucher de soleil sur l’eau… C’est dur!

Jean-Pierre a initié Marie-Clémence à la plongée bouteille. Elle a adoré. Malheureusement, les conditions de mer n’étaient plus aussi favorables. La semaine a été couronné par un excellent souper au Last resort qui se trouve dans Treillis Bay près de l’aéroport. Jean-Pierre et moi sommes d’accord pour dire que c’est le meilleur resto dans lequel nous avons bouffé dans toutes les Antilles. Marie-Clémence en a rajouté en se disant surprise de retrouver dans ce bled et ans son assiette, une qualité de produits, une explosion de saveurs et un souci de la présentation rivalisant avec bien des restos chiquettes de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.