300 milles en 56 heures

Publié le 28 Avr 2010 | 0 commentaire

BIG SAND CAY, TURKS AND CAICOS
LAT. 21°11′N – LONG. 71°15′O

Détails de notre navigation

DE BOQUERON, PUERTO RICO À BIG SAND CAY, TURKS AND CAICOS

  • Distance: 315 m.n
  • Durée: 56 heures (de 8:30 am le 28 avril à 4:30 pm le 30 avril)
  • Vitesse moy: 5,6 noeuds, à voile

Au mouillage sous le vent du banc

C’est une première 2 1/2 jours en mer sans voir la terre. Pas insécurisant pour deux sous plutôt zen. Je n’ai jamais fait autant des mots croisés de ma vie. Le dictionnaire en est usé… Les hauts faits de la traversée se résument aux quatre fois ou des poissons ont mordus à notre ligne. La première fois, c’est un petit maquereau qui s’est laissé tenter: excitation degré 1. La deuxième fois, l’énervement est à plusse mille: une dorade coryphène (mahi mahi) d’une trentaine de pouces. Elle est magnifique, bleu électrique, vert lime et jaune pétant. Elle se débat rudement. Je la vois déjà en sushi dans mon assiette. Elle réussit à se décrocher pourtant nous croyions l’avoir bien snapé. On s’est tout de même bien amusés. La troisième mordée est fort impressionnante: encore une dorade, grosse mais grosse…Ouah!!!! On se demande si on a assez de place dans le congélo. Pas le temps de réfléchir, on la voit se faire snapé par un poisson gris sombre encore plus énorrrrrrme. Un requin sans doute, qui dans un bouillon l’engloutit, tire comme un forcené, ouvre le crochet qui retient le leurre et fout le camp avec NOTRE dorade. Excitation: plus mille mille. Dernière ”bite”, un barracuda: on redescend au degré presque zéro. En fait, ce qui est le plus drôle, c’est de voir Jean-Pierre essayer de le décrocher pour le remettre à l’eau. Il est très intimidé par les dents de la bête et avec raison. En plus, je crois qu’il a un peu peur des poissons quand ils sont hors de l’eau. Je peux me permettre de vous le dire et de me moquer un peu de lui, avant qu’il ne lise cette page beaucoup d’eau passera sous notre coque.

Big Sand Cay est aussi impressionant qu’en 2007 mais encore une fois nous ne nous attarderons pas ici. Dommage! Dès demain, nous traversons le banc des Turks and Caicos et filons vers Mayaguana aux Bahamas lundi matin.


La classique prise de vue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.