Virement de Cap

Publié le 5 Juil 2009 | 0 commentaire

SCOTLAND BAY, TRINIDAD
LAT. 10°41′N – LONG. 61°40′O

Détails de notre navigation

1 Juillet: DE ENGLISH MAN’S BAY À GREAT COURTLAND BAY, TOBAGO

  • Distance: 11,0 mn.
  • Durée: 2,0 heures (de 11:00 am à 13:00 pm)
  • Vitesse moyenne: 5,5 noeuds

Au mouillage en face de Plymouth

 

2 Juillet: DE GREAT COURTLAND BAY À BUCOO BAY, TOBAGO

  • Distance: 5,0 mn.
  • Durée: 1,0 heure (de 10:00 am à 11:00 am)
  • Vitesse moyenne: 5,0 noeuds

Au mouillage en face de la plage

 

4 Juillet: DE BUCOO BAY À GRAND RIVIERE, TRINIDAD

  • Distance: 25 mn.
  • Durée: 3,5 heures (de 8:30 am À 12:00 pm)
  • Vitesse moyenne: 7,0 noeuds

Au mouillage dans la portion nord-est de la baie

Errance pas tellement pas jojo, je disais donc… D’Englishman’s Bay, nous nous sommes dirrigés vers les plages de Plymouth ou semble-t-il les tortues luth vont pondre… Lieu peu intéressant selon nos critères: bourré d’hôtels laids détonnant dans le paysage genre bunker de béton peint vert lime et jaune et agité dune houle nous brassant sans arrêt. OUT! Deuxième arrêt, Bucco bay…petit village correct, longue plage peu développée et en bordure de Bucco Reef supposément un des highlights de Tobago. Grande déception…Réserve marine depuis 1973, cette barrière de corail a été surexploitée plutôt que préservée. Le corail est mort, les poissons peu colorés, les bateaux à fond de verre et les touristes colons, nombreux. Ici aussi, la houle nous brasse à en perdre l’équilibre mais nous devons attendre une bonne météo pour traverser vers Trinidad. Ce temps d’attente nous permet de réfléchir et de conclure qu’en cette fin de saison, nous sommes blasés, fatigués de voyager…Exit, la vie de bohème! Virement de cap, on rentre à Montréal au plus sacrant!

Une fois à Trinidad, à Grand Rivière en plein weekend, nous sommes encore tombé sur un party avec musique tonitruante 24 sur 24… Les tortues pondeuses, on repassera. Nous avons donc fui dès le lendemain, vers Scotland Bay à 2 mn de Chaguaramas ou nous sortons le bateau. Bon, les locaux étaient encore sur le party mais nous avons changer le mal de place puisque le campement près de notre mouillage était celui d’une famille indienne: musique indienne, odeur de bouffe indienne, peau canelle et grands yeux noirs…finalement avec les singes hurleurs en fond sonore, nous étions bien heureux d’être là et d’être ainsi entouré.

Demain, on entreprend les démarches de sortie du bateau et du pays…A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *